Prêche: Règles concernant le sacrifice de l’Aïd

La tradition (sunna) veut que la prière de l’Aïd se fasse à ciel ouvert et en dehors des mosquées

 

Ecouter le prêche:

فقد كان صلى الله عليه وسلم يضحّي منذ هجرته إلى المدينة عن محمد وآل محمد حتى توفي،

فكانت الأضحية مشروعة بكتاب الله وسنَّة رسول الله – صلى الله عليه وسلم – وإجماع المسلمين، وبها يشارك أهل البلدان حجّاج البيت في بعض شعائر الحج، فالحجاج يتقرَّبون إلى الله بذبح الهدايا، وأهل البلدان يتقرَّبون إليه بذبح الضحايا،

وهذه من رحمة الله بعباده؛ حيث لم يَحْرم أهل البلدان الذين لم يُقدّر لهم الحج من بعض شعائره. أيها المسلمون،

ضحُّوا عن أنفسكم وعن أهليكم تعبّدًا لله تعالى وتقرّبًا إليه واتّباعًا لسنَّة رسوله صلى الله عليه وسلم، فالواحدة من الغنم تجزئ عن الرَّجل وأهل بيته أحيائهم وأمواتهم،

والسُبع من البعير أو البقرة يجزئ عمّا تجزئ عنه الواحدة من الغنم، فيجزئ عن الرجل وأهل بيته الأحياء والأموات.

أيها المسلمون، إن الأضحية لا تجزئ إلا من بهيمة الأنعام، وهي: الإبل، والبقر، والغنم ضأنها ومعزها، لقوله تعالى: ﴿وَلِكُلِّ أُمَّةٍ جَعَلْنَا مَنْسَكاً لِيَذْكُرُوا اسْمَ اللَّهِ عَلَى مَا رَزَقَهُمْ مِنْ بَهِيمَةِ الأَنْعَامِ﴾ [الحج: 34]،

ولا تجزئ الأضحية إلا بِما بلغ السن المعتبر شرعًا وهو: ستة أشهر في الضأن وسنة في المعز وسَنَتان في البقر وخمس سنين في الإبل،

فلا يُضحّى بِما دون ذلك لقول النبي صلى الله عليه وسلم: «لا تذبحوا إلا مسنّة»(3) – وهي: الثَّنِيَّة – «إلا أن تعسر عليكم فتذبحوا جذعة من الضأن»(4) أخرجه مسلم.

ولا تجزئ الأضحية إلا بِما كان سليمًا من العيوب التي تمنع من الإجزاء، فلا يُضحّى بالعوراء البيِّن عورها وهي: التي نتأت عينها العوراء أو انخسفت،

ولا بالعرجاء البيِّن ضَلَعُها وهي: التي لا تستطيع الممشى مع السليمة،

ولا بالمريضة البيِّن مرضها وهي: التي ظهرت آثار المرض عليها بحيث يعرف مَن رآها أنها مريضة من جرب، أو حمى، أو جروح أو غيرها،

فهذه العيوب الأربعة مانعة من الإجزاء دَلَّ على ذلك الحديث وقال به أهل العلم، » فاستكملوها – عباد الله – واستحسنوها وطيبوا بها نفسًا، واعلموا أن ما أنفقتم من المال فيها فإنه ذخر لكم عند الله عزَّ وجل، ﴿وَمَثَلُ الَّذِينَ يُنْفِقُونَ أَمْوَالَهُمُ ابْتِغَاءَ مَرْضَاةِ اللَّهِ وَتَثْبِيتًا مِنْ أَنْفُسِهِمْ كَمَثَلِ جَنَّةٍ بِرَبْوَةٍ أَصَابَهَا وَابِلٌ فَآَتَتْ أُكُلَهَا ضِعْفَيْنِ فَإِنْ لَمْ يُصِبْهَا وَابِلٌ فَطَلٌّ وَاللَّهُ بِمَا تَعْمَلُونَ بَصِيرٌ﴾ [البقرة   265:

واعلموا أن الأضحية أفضل من الصدقة بثمنها، لأنها شعيرة من شعائر الله، وليس المقصود منها مجرّد اللحم الذي يؤكل ويفرّق بل أهم مقصود فيها ما تتضمنه من تعظيم الله – عزَّ وجل – بالذبح له وذكْر اسمه عليها .

فاتّقوا الله في أنفسكم، وأقيموا شعائر الله، أيها المسلمون، لا تذبحوا ضحاياكم إلا بعد انتهاء صلاة العيد وخطبتيها الثنتين؛ فإن ذلك أفضل وأكمل اقتداءً بالنبي صلى الله عليه وسلم؛ فإنه كان يذبح أضحيته بعد الصلاة والخطبة، قال جندب بن سيفان البجلي رضي الله عنه: «صلى النبي – صلى الله عليه وسلم – يوم النحر ثم خطب ثم ذبح»(10) رواه البخاري،

ولا يجزئ الذبح قبل تمام صلاة العيد لقول النبي صلى الله عليه وسلم: «مَن ذبح قبل الصلاة فإنما هو لحم قدَّمه لأهله وليس من النسك في شيء»(11) وفي حديث آخر: «مَن ذبح قبل أن يصلي فلْيعد مكانها أخرى»

أيها المسلمون، إذا ذبحتم ضحاياكم فإنه ينبغي أن تَطَؤوا صفحة العنق؛ أي: على عنقها، وأن تُمسكوا بإحدى اليدين رأسها وتذبحوا باليد الأخرى وأن تقولوا عند الذبح: بسم الله والله أكبر، اللهم هذا منك ولك، اللهم هذا عنِّي وعن أهل بيتي، إذا كنتَ تضحي عنك وعن أهل بيتك،

وإذا كانت وصية فلْتقل: اللهم هذه عن وصية فلان، هذه هي التسمية المشروعة: أن يسمِّي الإنسان عند الذبح وبعد البسملة والتكبير، أما ما يفعله العوام من إمرار اليد من رأسها إلى ذنَبها ومسح ظهرها فإن هذا لا أصل له في سنَّة النبي صلى الله عليه وسلم، فلا ينبغي أن يُفعل. أيها المسلمون، عظِّموا شعائر الله – عزَّ وجل – واعتنوا بها واذكروا قول الله سبحانه وتعالى: ﴿وَلِكُلِّ أُمَّةٍ جَعَلْنَا مَنْسَكًا لِيَذْكُرُوا اسْمَ اللَّهِ عَلَى مَا رَزَقَهُمْ مِنْ بَهِيمَةِ الأَنْعَامِ فَإِلَهُكُمْ إِلَهٌ وَاحِدٌ فَلَهُ أَسْلِمُوا وَبَشِّرِ الْمُخْبِتِينَ (34) الَّذِينَ إِذَا ذُكِرَ اللَّهُ وَجِلَتْ قُلُوبُهُمْ وَالصَّابِرِينَ عَلَى مَا أَصَابَهُمْ وَالْمُقِيمِي الصَّلاةِ وَمِمَّا رَزَقْنَاهُمْ يُنْفِقُونَ (35) وَالْبُدْنَ جَعَلْنَاهَا لَكُمْ مِنْ شَعَائِرِ اللَّهِ لَكُمْ فِيهَا خَيْرٌ فَاذْكُرُوا اسْمَ اللَّهِ عَلَيْهَا صَوَافَّ فَإِذَا وَجَبَتْ جُنُوبُهَا فَكُلُوا مِنْهَا وَأَطْعِمُوا الْقَانِعَ وَالْمُعْتَرَّ كَذَلِكَ سَخَّرْنَاهَا لَكُمْ لَعَلَّكُمْ تَشْكُرُونَ (36) لَنْ يَنَالَ اللَّهَ لُحُومُهَا وَلا دِمَاؤُهَا وَلَكِنْ يَنَالُهُ التَّقْوَى مِنْكُمْ كَذَلِكَ سَخَّرَهَا لَكُمْ لِتُكَبِّرُوا اللَّهَ عَلَى مَا هَدَاكُمْ وَبَشِّرِ الْمُحْسِنِينَ﴾ [الحج: 34- 37,

أيها الناس، فأَكْثروا في هذه الأيام من ذكْر الله – عزَّ وجل – وتكبيره وحمده والثناء عليه؛ فإنها موضع ذكْر، أَكْثروا من الذكْر والتكبير والحمد في كل وقت. فاعرفوا الفرق بين التكبير المطلق والتكبير المقيَّد، التكبير المطلق: من أول يوم من العشر إلى آخر يوم من أيام التشريق فهو ثلاثة عشر يومًا، أما المقيَّد: فإنه من فجر يوم عرفة إلى عصر آخر يوم من أيام التشريق، وفي يوم عرفة والأيام التي بعده يجتمع المطلق والمقيَّد جميعًا.

أيها الإخوة،أيها الناس، إنه ينبغي بل يجب عند كثير من أهل العلم أن يخرج الناس إلى صلاة العيد وهي فرض عين عند شيخ الإسلام ابن تيمية وجماعة من أهل العلم وفرض كفاية على المشهور من المذهب، فمَن شارَك فيها فقد شارَك في فرض إما فرض عين وإما فرض كفاية، فاخرجوا إليها أيها المسلمون، وقد كان النبي – صلى الله عليه وسلم – «يأمر بالخروج إليها حتى النساء يشهدْنَ الخير ودعوة المسلمين ويعتزل الحيَّضُ المصلى»(17)،

فاخرجوا إليها رجالاً ونساءً ولْيخرج الرجال مُتَجَمِّلين ومُتَطَيِّبين ومُتَنَظِّفين، أما النساء فلا يخرجْنَ متطيِّبات ولا متبرِّجات؛ لأن ذلك من الفتنة، وستكون إقامة صلاة العيد هذا العام على الساعة الثامنة هذا هو موعد إقامة الصلاة، هذا العيد إن شاء الله تعالى.

Chers frères, chères sœurs,

Craignez Allah et rapprochez-vous de Lui par la commémoration et la perpétuation de l’offrande faite par le Prophète Ibrahim (SAW). En effet, l’abattage rituel est la sounna de votre père Ibrahim et il vous a été ordonné de suivre sa religion, et la sounna de votre Prophète Muhammad (SAW).

Le Prophète (SAW) a toujours sacrifié depuis son émigration vers Médine pour Mouhammad et toute sa famille jusqu’à sa mort.

Le sacrifice est prévu et règlementé par le Livre d’Allah et la Sunna du Messager (SAW) et le consensus des musulmans. Par le biais de ce sacrifice les gens du pays s’associent aux pèlerins dans l’accomplissement de certains rituels du pèlerinage. Les pèlerins se rapprochent d’Allah par leur sacrifice de leur pèlerinage, et les gens du pays se rapprochent d’Allah par le sacrifice annuel de l’aïd, et cela fait partie de la miséricorde d’Allah.

Ô musulmans, faites le sacrifice pour vous et vos familles par adoration pour votre seigneur et en suivant la Sounna de Son Messager (SAW). Un mouton suffit pour l’homme et les membres de sa famille (morts ou vivants).

Et le septième de la chamelle ou de la vache, qui compte comme un mouton, est suffisant pour l’homme et sa famille.

Ô musulmans, le sacrifice n’est acceptable que par la catégorie d’animaux suivante : les camélidés, les bovins, les ovins et les caprins comme Allah l’a décrété : « À chaque communauté, Nous avons assigné un rite sacrificiel, afin que ses membres invoquent le Nom d’Allah sur les bêtes prélevées sur le cheptel qu’Il leur a attribué » [al-Hajj: 34].

Le sacrifice n’est valable que lorsque l’âge requis de l’animal est atteint : six mois pour le ovins, un an pour les caprins, deux ans pour la bovins et cinq ans pour les camélidés.

L’exigence relative à l’âge requis de l’animal est une prescription du Prophète (SAW) qui a dit : « n’égorgez que celle qui a l’âge requis ».

De même, le sacrifice n’est accepté que lorsque la bête est exempte de certains défauts :

  1. L’absence d’un œil, son apparition hors de son orbite ou tellement blanc qu’on en déduit que l’animal est borgne.
  2. La maladie manifeste : celle dont les symptômes apparaissent sur l’animal comme la fièvre qui le détourne des pâturages et lui coupe l’appé; la gale évidente qui détériore la viande et la santé, et la profonde blessure qui entrave la santé, etc.
  3. Le défaut du pied qui empêche l’animal de marcher normalement avec les animaux sains.
  4. L’affection affaiblissante qui atteint le cerveau. Car le Prophète a fait un geste de la main en réponse à la question relative aux bêtes à ne pas choisir pour le sacrifice : « Elles sont au nombre de quatre : celle qui boite clairement, celle qui est manifestement borgne, celle dont la maladie est évidente et celle qui traîne une débilité qui la rend indésirable ».

Ces quatre défauts empêchent l’animal de pouvoir servir de sacrifice, accomplissez cette adoration et soyez serin et sachez que ce que vous dépensez sera une épargne pour vous au prés d’Allah, Allah dit : Ceux qui, au contraire, dépensent leurs biens en vue de plaire à Allah et de fortifier leur foi font songer à un verger situé sur une colline. Qu’une forte pluie l’arrose, et sa récolte s’en trouvera doublée. Et même à défaut de pluie, une simple rosée suffira à l’humecter. Allah observe parfaitement ce que vous faites.(bakara)265 .

Sachez que le sacrifice est mieux que donner son prix en aumône. Le but n’est pas que la viande se mange ou se distribue mais plutôt célébrer la grandeur d’Allah. On ne peut pas non plus acheter de la viande et la donner en guise de sacrifice, ni utiliser à cette fin des animaux congelés ou de la viande en conserve. En effet, leur immolation est intervenue avant l’échéance du sacrifice à un moment où ces animaux n’appartenaient pas à l’acheteur qui les offrirait maintenant en sacrifice.

On trouve une exception au fait de privilégier le sacrifice dans l’avis rapporté de la part de Bilâl qui dit : « peu m’importe de ne sacrifier qu’un coq, et si je le donnais à un orphelin démuni, cela me serait plus agréable ». Cet avis reflète la position de certains qui préféreraient que l’on fasse don du prix de la bête sacrifiée plutôt que de l’immoler.

Une personne peut effectivement donner de l’argent à quelqu’un pour faire le sacrifice en son nom dans un endroit où cela est permis. Simplement, il ne faut pas laisser Satan lui jouer des tours.

Beaucoup de gens cherchent des excuses. D’ailleurs, on entend parfois certaines personnes dire : « nous autres mangeons de la viande tous les jours ». La personne qui dit cela ne se rappelle donc de ses frères et sœurs dans les pays musulmans que le jour de l’Aïd ?

De plus, elle rajoute qu’elle mange de la viande toute l’année. N’as-tu pas de pudeur ? Tu manges de la viande toute l’année et tu ne penses à tes frères se trouvant dans la nécessité dans les pays musulmans que le jour de l’Aïd ?  

Tu les as oubliés pendant un an sans leur envoyer un steak ? Eh bien ne mange pas de viande pendant une année, et l’argent que tu aurais utilisé pour acheter cette viande, envoie-le où tu le désires, en Tchétchénie, en Palestine, en Syrie où tu veux ! Car le jour de l’Aïd, c’est une adoration, pour ton seigneur, avec tes enfants, ta famille.

Non mon frère ! C’est une adoration. Le jour où vous la laissez tomber, vous allez tout abandonner et cette adoration disparaitra. Ne cherchez pas de faux prétextes comme la Palestine ou autres. Économisez de l’argent pendant une année et vous aurez bien plus qu’un mouton à envoyer en Palestine ou autres. Beaucoup de gens cherchent des excuses pour ne pas faire le sacrifice. Ils prétextent de la fatigue ou le fait qu’ils ne mangent pas beaucoup de viande habituellement.

Aussi, il y a des gens qui, lorsqu’ils vont à la ferme, cherchent le mouton le plus petit et le moins cher ; mais c’est catastrophique. C’est un sacrifice pour le seigneur des mondes!

Tu as les moyens et tu choisis le mouton le plus petit et le plus maigre. Mais non, au contraire ! Il faut choisir le meilleur mouton le plus robuste. Si tu as les moyens, fais le sacrifice et fais des aumônes ; si tu ne manges pas la viande, donnes aux autres ! Donc Chers frères chers sœurs Craignez Allah, et accomplissez les rites d’Allah,

Chers frères ne sacrifiez votre bête que lorsque vous avez fini la prière de l’Aïd et ses deux discours, car cela est meilleur et plus complet en suivant le prophète, il sacrifiait sa bête après la prière et le discours. Djoundoub ibn Soufyan al Badjali a rapporté que le prophète a prié le jour de l’immolation a sermonné puis a sacrifié, par boukhari.

Il n’est pas permis de sacrifier avant la prière de l’Aïd. Le Prophète (SAW) a dit : « celui qui immole avant la prière, est de la viande que l’on offre à sa famille et n’a aucune valeur rituelle ». Dans un autre hadith il dit : « Quiconque immole son offrande (ou sa bête) avant d’accomplir la prière, doit la remplacer par une autre offrande ».

Cette période est de quatre jours : le jour effectif de l’immolation, mais aussi les trois jours de Tashrîq. Il est certifié que le Prophète (SAW) a prescrit : « Toute la période de Tashrîq est constituée de jours d’immolation ».

Chers musulmans lorsque vous allez immoler votre bête dites : « au nom d’Allah, et Allahou Akbar. Seigneur ceci est de toi et pour toi, seigneur ceci est pour moi et pour ma famille ». Cette formule est prononcée si l’on immole pour soi et sa famille. Par contre, pour celui qui est délégué, qu’il dise «  seigneur ceci est pour un tel qui m’a délégué ». Ceci est la formule légiférée.

Le bonheur se confine dans la conformité aux enseignements du Prophète (SAW) à tous les niveaux de notre vie. Le malheur se révèle à l’inverse dans la non-conformité à ses enseignements. C’est pourquoi j’aimerais mettre l’accent sur certaines prescriptions qu’il est bon de mettre en pratique (par la parole ou les actes), la veille de l’Aïd el Kabir, le jour de l’immolation et les trois jours de Tashrîq consécutifs à ce jour béni.

Il est prescrit de proclamer la grandeur d’Allah à partir de l’aurore du jour de ‘Arafa jusqu’au ‘Asr (après midi) du dernier jour de Tashrîq. Le Seigneur révèle : (Évoquez Allah durant certains jours déterminés). Sa formule correspond à dire : Allah Akbar ! Allah Akbar ! Il n’y a d’autre divinité en dehors d’Allah, Allah Akbar ! Allah Akbar ! À Allah reviennent les louanges.

L’usage veut que les hommes la prononcent à voix haute dans les mosquées, les marchés, les maisons, et après les prières pour exprimer la Majesté d’Allah, manifester son adoration et pour le remercier de Ses bienfaits. Chers musulmans, voici quelques Règles concernant le jour de l’Aïd el Adhha

1– Se doucher et se parfumer pour les hommes en veillant à porter ses plus beaux vêtements : Sans prodigalité ni laisser traîner le vêtement au-dessous des chevilles et ni se raser [ou se tailler la barbe, ce qui est strictement défendu. Quant aux femmes, il leur est prescrit d’assister à la prière de l’Aïd sans laisser paraître leurs attraits ni se parfumer. –

2Manger de son offrande : le Messager d’Allah ne mangeait rien avant d’être revenu de la prière de l’Aïd. Une fois chez lui, il mangeait de son offrande.

3 – Se rendre à pied à la prière de l’Aïd dans la mesure du possible. –

4 – La tradition (sunna) veut que la prière de l’Aïd se fasse à ciel ouvert et en dehors des mosquées. Si l’on prend le Prophète (SAW) en modèle, sauf bien sûr en cas d’intempérie (en temps de pluie par exemple), il faut donc privilégier le plein air.

5Participer à la prière avec les fidèles, il est recommandé aussi d’assister ultérieurement au sermon prononcé. Les grands spécialistes parmi les savants ont adopté l’opinion disant que la prière de l’Aïd est obligatoire comme le formule le verset : (Prie Ton Seigneur et immole). On n’a donc pas le droit de s’en dispenser sans excuse valable. Les femmes aussi peuvent participer cette occasion, même celles qui ont les menstrues ou encore les jeunes filles. Toutefois, la femme indisposée par les menstrues devra s’isoler du lieu de prière.

6Changer de parcours au retour : Il t’est recommandé d’emprunter un chemin différent au retour de la prière de celui de l’aller comme le Prophète a fait. –

7Les félicitations de l’Aïd : suivant l’usage des compagnons. En conclusion : n’oublie pas, cher croyant de veiller à faire de bonnes actions et des œuvres pieuses : Entretenir les liens de sang, visiter ta famille, éviter les querelles, la jalousie et la haine, purifier ton cœur de tout mauvais sentiment, avoir pitié des pauvres, des gens miséreux, et des orphelins en leur tendant la main et en faisant rentrer la gaieté dans leurs cœurs.